Publié le


Qu’est-ce qu’une thérapie?

Premièrement, une thérapie permet à une personne vivant avec certaines problématiques de faire un cheminement personnel pour amorcer des changements dans sa vie à la suite d’un travail sur soi. La thérapie externe permet donc à la personne d’entreprendre ce cheminement tout en poursuivant ses activités de la vie quotidienne. Concrètement, au Centre, cela signifie que la personne aux prises avec une problématique de dépendance retourne dans son milieu de vie entre les rencontres et n’est donc pas dans un milieu fermé. La thérapie peut aborder plusieurs thèmes et va en fonction des besoins exprimées par le client et l’analyse de l’intervenant: reconnaissance de ses émotions, voir ses «patterns» de consommation, comprendre ses réactions, améliorer ses relations interpersonnelles, etc. Le Centre offre ses services adaptés au client en lui permettant de se dépasser et se retrouver en tant que non-consommateur.

Mais pourquoi aller vers un service externe?

Les recherches démontrent que les résultats sont prometteurs. En effet, il y a un lien entre la durée de la thérapie et l’efficacité surtout si la problématique de consommation est modérée ou sévère. Il en ressort aussi que les thérapies externes de plus de 3 mois ont des effets plus bénéfiques à long terme et l’effet est optimal après 6 mois. L’intensité des rencontres est donc ajustable selon les besoins personnels de chacun et après une évaluation clinique.

La thérapie à l’interne a aussi des bénéfices et permet de faire des sevrages dans un milieu encadré et sécuritaire: pour de réels résultats, les personnes aux prises avec un problème de consommation devraient rester au moins 15 jours. Selon ces mêmes études, 28 jours seraient l’idéal pour les thérapies court terme. En fait, il ressort que, lorsque les conditions le permettent, l’externe intensif soit aussi efficace que l’interne court terme. Pour celles long terme, entre 80-90 jours donneraient de bons résultats alors que dépassé 6 mois il pourrait y avoir redondance pour le client. En d’autres mots, après une période de 6 mois à l’interne, un volet externe risque d’être tout aussi efficace qu’une poursuite à l’interne.

Il y a toutefois des conditions ne permettant pas d’orienter un usager vers des services externes intensifs dès le départ comme la sévérité de la problématique, la situation géographique, les problématiques de santé physique ou mentale, le milieu de vie, etc. Vous pouvez demander l’avis d’un professionnel pour mieux vous diriger.

Mettre en place un suivi externe après un traitement à l’interne semble être tout aussi important que la durée du séjour lui-même. En effet, cela se veut un complément et permet le maintien des acquis fait en thérapie interne pour mieux les appliquer dans la vie quotidienne tout en l’aidant à s’adapter à son nouveau mode de vie. Il y a cependant certains éléments à prendre en compte pour optimiser le cheminement post-thérapie interne comme la planification sur une année, le recours à des façons de faire innovantes, l’implication du réseau de la personne, etc.

Qu’est-ce que le Centre d’intervention en dépendances Adrienne-Roy peut faire pour moi?

Le Centre offre des services de thérapie à l’externe pour aider la personne aux prises avec une problématique de dépendance à faire un cheminement personnel. Les intervenants qualifiés offrent des services personnalisés et adaptés aux besoins de la personne dans des délais rapides. Le Centre se démarque par sa façon d’aider les gens qui consomment à s’en sortir: les intervenants font ressortir le potentiel qui est parfois enfoui dans le cœur de la personne en besoin. Ce service aide celle-ci à mieux comprendre et à mieux réagir face au comportement problématique. Le Centre offre aussi des outils aux collatéraux pour optimiser le cheminement de la personne qui consomme tout en faisant un cheminement personnel pour moins souffrir de cette situation difficile.

Bref, la thérapie permet de partir de ce que la personne est, pour aller vers une version améliorée d’elle-même, le tout avec un professionnel qui guide le chemin selon les besoins de la personne en suivi.

Référence: DESROSIERS, Pierre, Jean-Marc MÉNARD (2010). Les services de réadaptation en toxicomanie auprès des adultes dans les centres de réadaptation en dépendance: guide de pratique et offre de services de base, Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec, www.acrdq.qc.ca (Page consultée le 20 janvier 2020).